Le financement des travaux d'extension et de rénovation de son habitation

Si vous vous êtes attachés à votre habitation, il se peut que vous souhaitiez y apporter quelques modifications. Si vous optez pour des travaux d’extension et/ou de rénovation par exemple, certains organismes financiers comme les banques peuvent vous accorder des aides sous forme de prêt. Il existe, en effet, plusieurs solutions qui peuvent s’adapter à presque tous les cas de figure. Découvrez quelques-unes d’entre elles dans cet article et optez ensuite pour le type de crédit qui vous convient le plus.

Le financement des travaux d'extension et de rénovation de son habitation

Financer les travaux d’extension de son habitation

Le prêt immobilier

Le prêt immobilier permet de financer l’achat et/ou les travaux à effectuer sur son logement. Si le coût total de l’extension est inférieur à 75 000 € vous pourrez opter pour un crédit à la consommation. S’il est supérieur à 75 000€, il faudra soit cumuler deux prêts à la consommation soit opter pour un crédit à l’habitat. En choisissant le prêt immobilier, vous bénéficierez d’un taux d’intérêt intéressant. Une garantie, comme une hypothèque ou une caution, sera toutefois indispensable. Parmi les différentes options possibles, il se peut que vous ne sachiez pas laquelle choisir. N’hésitez donc pas à faire une simulation de crédit immobilier en ligne afin de savoir quelle est l’offre la plus avantageuse pour vous.

Le prêt travaux affecté

Le prêt à la consommation affecté vous permettra d’emprunter une somme dont le montant peut atteindre 75 000 €. Le crédit n’est accessible que si les travaux d’extension sont confiés à un professionnel selon ces conseils en construction de maison. Un devis ou un bon de commande provenant de l’entreprise en charge des travaux doit donc être présenté à l’établissement de crédit. Ce n’est par conséquent avantageux que si vous décidez de faire appel à un professionnel.

Le prêt personnel

Le prêt personnel ne nécessite ni devis ni bon de commande. Vous pourrez donc réaliser les travaux vous-mêmes ou les confier à une tierce personne. Vous pourrez même utiliser le montant alloué pour acheter les matériaux nécessaires : parpaings, ciment, plâtre… Il faudra cependant estimer avec précision la somme dont vous aurez besoin afin de ne pas avoir à rembourser un montant trop élevé.

Financer les travaux de rénovation

L’écoprêt à taux zéro (éco-PTZ)

L’éco-PTZ est un prêt sans taux d’intérêt destiné aux travaux d’optimisation énergétique de l’habitation. Il est accessible à toute personne qui réside dans un logement construit avant le 1er janvier 1990. En plus, aucune condition de ressources n’est imposable. Le montant maximal que vous pourrez emprunter s’élève à 30 000 € et il est remboursable sur 15 ans. Les travaux doivent cependant être réalisés par des professionnels et un devis avant l’accord de prêt ainsi qu’un justificatif attestant de la réalisation des travaux doivent être transmis à la banque après 3 ans.

Le crédit impôt pour la transition énergétique (CITE)

Le CITE vous permettra de prélever une partie du montant de vos travaux énergétiques sur vos impôts sur le revenu. En fonction du type de travaux, vous pourrez bénéficier d’une réduction d’impôts allant de 15 à 50 % de la somme totale. Le coût des rénovations ne doit cependant pas dépasser un certain montant. Ce prêt s’adresse aux résidents d’une habitation principale dont la construction s’est achevée il y a plus de deux ans. La réalisation des travaux doit cependant être confiée à un professionnel.

Le programme Habiter Mieux de l’Anah

Le programme Habiter Mieux de l’Agence nationale de l’habitat permettra aux propriétaires occupant une habitation de bénéficier d’un accompagnement et d’une aide concernant leurs travaux d’optimisation énergétique. En fonction de la nature des travaux, ils auront droit à « Habiter Mieux Sérénité » ou « Habiter Mieux Agilité », tous deux plafonnés à 10 000 €. Pour bénéficier de ces aides, les travaux doivent être pris en charge des professionnels.